---



wort.lu, 03 février 2012

Abrigado : 2 millions d'euros pour la nouvelle structure d'accueil provisoire

Depuis lundi, les personnes toxicomanes peuvent se rendre dans la structure d'accueil "Abrigado" située route de Thionville, pour consommer leurs stupéfiants en toute sécurité. La nouvelle structure provisoire remplace l'ancienne "Tox-in" devenue vétuste avec le temps.

"Il y a malheureusement encore trop de personnes toxicomanes au Luxembourg, d'où la nécessité absolue d'un tel centre d'accueil", constate Xavier Bettel, bourgmestre de la ville de Luxembourg, "sans lui, on retrouverait beaucoup plus de seringues dans les lieux publics et on recenserait beaucoup plus de décès par overdose".

Depuis 2005, la "Fixerstuff" a enregistré quelque 170.000 injections surveillées et rattrapée plus de 1.000 overdoses, "qui auraient pu être fatales sans la structure d'accueil" comme le souligne le ministre de la Santé. En moyenne, le centre accueille quelque 100 personnes par jour. 30 à 40% d'entre elles utilisent la salle de consommation. "Beaucoup de gens viennent chercher un refuge parce qu'ils sont rejetés de toute part", explique Marc Kayser du comité national de défense sociale (CNDS) et responsable d'"Abrigado", "nous leur offrons également une oreille attentive, ce qui leur manque cruellement dans leur quotidien".

"Abrigado": un nom connoté plus positivement que "Tox-In"

"Le nom de la structure a été changé pour véhiculer un esprit plus humain et ouvert à cette problématique", précise Xavier Bettel. "A terme j'aimerai bien qu'on arrête d'utiliser le nom Fixerstuff aussi car il est trop stigmatisant", renchérit Marc Kayser.

La structure "Abrigado" propose un centre de jour avec un café derencontre, une salle de consommation de drogues et un service médical ainsi qu'une structure de nuit avec 42 lits, le tout installé sur 1.000m2.

Grande nouveauté: la permanence médicale pour les toxicomanes sans abri et sans sécurité sociale. Les consultations se feront les mercredi et jeudi entre 8h30 et 14h30. Un médecin généraliste y prodiguera les soins ambulatoires de base. Autre nouveauté: une salle pour la consommation de stupéfiants par inhalation.

"Le problème des toxicomanes est réel et pas seulement à Luxembourg. J'aimerai bien que toutes les communes prennent leur responsabilité et ouvrent une telle structure sur leurs terrains", conclut Xavier Bettel.

Source
Direct link to this page