English ​Français

 

 fleche haut

Publié le 02 octobre 2013 - Auteur : Bernard Bertrand   Voir le profil de Bernard BERTRAND sur LinkedIn ​​

Refusons les salles de shoot !

Shooting galleries

Consommation de drogues et seringues usagées abandonnées dans des écoles maternelles, des parcs publics, des ruelles, des cages d’escaliers, des caves, des locaux à vélos, des wc publics, des sanisettes et des bâtiments désinfectés qui laissent souvent apparaître un concentré de vie : sol recouvert de détritus, de morceaux de verre, d’emballages et bouchons de seringues, de seringues remplies de sang coagulé, de plaquettes de médicaments vides, de boîtes de bière extra-forte, de reste de nourriture, de papiers gras et d’emballages de restauration rapide, de cartons, de couvertures sales... Voilà aujourd'hui à quoi ressemblent les salles de shoot ! (cf. Photos)
 
Alors OUI, refusons ces salles de shoot parce que ces conditions de vie d’hommes et de femmes sont inadmissibles et indignes d’une société moderne ;
 
Refusons ces salles de shoot parce que ce sont des lieux où tous les risques sanitaires et sociaux sont très élevés : infections par le VIH et les virus des hépatites, overdoses, dégradation de l’état de santé, anaphylactiques, phlébites, gangrènes, abcès, septicémies, candidoses, endocardites, problèmes pulmonaires, cutanés, digestifs et dentaires, fragilité psychologique, de santé psychique ou mentale, désocialisation, violence, petites délinquances… ;
 
Refusons ces salles de shoot parce que ce terme cristallise un débat de santé publique et d’ordre public autour de la stigmatisation de la « tare morale » de l’usage de drogues par injection. Un débat qui engendre des réactions de peur, d’inquiétude et de rejet, qui sont elles-mêmes induites par des valeurs personnelles, des représentations, une méconnaissance, une imagination du « junky » obligatoirement sale, irresponsable, voleur, menteur, en marge de la cité… et empêchent toutes actions éthiques fondées sur un contrat social qui ne blâme pas les consommateurs de drogues ; un débat qui engendre des propos indignes de la part de certains hommes et femmes politiques qui, au lieu d’assumer leur rôle de responsable, afin d’améliorer la santé de leurs concitoyens, fond obstacles aux soins de santé susceptibles de sauver la vie des personnes dépendantes, vivant dans la précarité ;
 
Refusons ces salles de shoot parce qu’il existe aujourd’hui, une solution pour améliorer les conditions de vie des usagers de drogues, mais aussi pour améliorer la paix sociale d’un quartier. Les
salles de consommation à moindre risque ou plus exactement les structures d’accueil avec possibilité de consommer à moindre risque (dans notre jargon professionnel, SCMR). Ce dispositif expérimental, voulu par les professionnels de soins de santé intervenant dans le champ de l’addictologie et de la précarité, sont des lieux de soins de santé et de médiation sociale qui sont destinés aux consommateurs de drogues les plus précarisés.
 
La pratique du terrain et les
études scientifiques montrent les effets positifs de l'instauration de tels dispositifs : éviter la propagation du sida et des hépatites ; réduire les problèmes de santé découlant de la consommation de drogues et les coûts qui y sont associés ; rejoindre les usagers les plus marginalisés afin de leur offrir des services de santé, dont l’accès aux traitements de substitution, la désintoxication et l’accompagnement social ; éviter les surdoses mortelles ; réduire la consommation de drogues dans les lieux publics ; réduire la petite délinquance et réduire la présence de seringues usagers abandonnées. La question n’est donc pas d’être « pour ou contre les drogues », mais plutôt de savoir si nous sommes capables de nous interroger sur notre capacité à tolérer des toxicomanes dans notre société.
 
Bien sûr, il y aura toujours un politique politicien ; une association cachant son incompétence par des coups médiatiques ; un comité national pseudo-scientifique ; un média complice désinformant ; un policier opposant santé publique et ordre public ; un « chrétien » qui a la compassion à géométrie variable ; un « citoyen honnête » comme il se nomme, dépourvu de toute humanité ; un médecin « hyper-spécialisé » dont les seuls toxicomanes rencontrés l'ont été dans « Trainspotting » et même, un ex-« toxico » qui a réussi à se sortir de la drogue sans l’aide de personne… qui remettra en question les études scientifiques, ou qui argumentera son opposition en essayant de faire croire qu’il y aura un effet « pot de miel », d’incitation à la consommation et que ce sera la porte ouverte à la légalisation des drogues. Arguments qui ont déjà été soutenus en 1989, lors de la mise en place à titre expérimental des programmes d’échange de seringues (reconnus officiellement depuis 1995 dans le cadre de la politique de réduction des risques et inscrit dans la loi -française- de santé publique de 2004) et que plus personne ne remet en cause au vu de leurs résultats.
 
Mais que proposent-ils ? Ne rien changer ? Et ainsi laisser les habitants d’un quartier avec ces nuisances quotidiennes ! La tolérance zéro pour les consommateurs ? Nous connaissons aujourd’hui l’échec de cette politique. De se dégager de toute responsabilité si une personne décède par overdose chez elle ou dans la rue ? De désintoxiquer les usagers ? Pour reprendre un
propos imagé (et rectifié), « on ne lutte pas contre l’obésité d’une personne en lui interdisant de manger une barre de chocolat, mais en l’accompagnant, en la soutenant et en l’éduquant sur les bonnes valeurs alimentaires afin d’éviter les complications... ».
 
Viser l’abstinence et la réinsertion des consommateurs de drogues est une démarche qui prend du temps. Pendant ce temps, autant faire le nécessaire pour que les pratiques de consommation soient les moins dommageable possible pour la personne elle-même et pour la société, en évitant qu’elle décède suite à une overdose, qu’elle se contamine par les virus du VIH et/ou des hépatites, qu’elle gangrène, quelle face un abcès ou une septicémie…, en diminuant les consommations sur les lieux publics ou semi-publics, en diminuant les troubles à l’ordre public et en permettant aux plus vulnérables d’accéder à des structures d’aide, d’accompagnement et de soins.
 

Alors soyons tous contre les salles de shoot !


Mulhouse's shooting galleries
Mulhouse's shooting galleries
Birmingham's shooting galleries
Marseille's shooting galleries
Marseille's shooting galleries
Marseille's shooting galleries
Liege's shooting galleries
Mulhouse's shooting galleries
Birmingham's shooting galleries
Marseille's shooting galleries
Paris's shooting galleries
Liege's shooting galleries
Marseille's shooting galleries
Paris's shooting galleries
Paris's shooting galleries
Direct link to this page