---



canoe.ca, 10 mai 2011

Centre d’injection supervisée Insite - L’attitude du gouvernement Harper «honteuse»

La position du gouvernement Harper, qui tente par tous les moyens de forcer la fermeture du centre d’injection supervisée Insite, à Vancouver, est «honteuse», selon le principal syndicat des infirmières de cette province.
 
«C’est une honte que le gouvernement fédéral persiste à tenter de rendre illégal ce service médical légitime, en plus de vouloir faire des infirmières qui y travaillent des criminelles, a déclaré lundi Janice Buchanan, vice-présidente de la B.C. Nurses Union. Elles sauvent des vies et apportent des soins de qualité à ces personnes vulnérables.»
 
Le centre Insite est actuellement légal, puisqu’il a l’appui du gouvernement de la Colombie-Britannique. De plus, la santé est une compétence provinciale, tel que stipulé par la Cour d’appel en 2010. Les conservateurs, qui s’opposent fermement à Insite, ont toutefois décidé de porter la cause en Cour suprême et les procédures doivent commencer officiellement jeudi.
 
La B.C. Nurses Union sera d’ailleurs appelée à intervenir au cours des plaidoiries.
 
Selon Tim Gauthier, l’un des dirigeants du centre Insite, une victoire des conservateurs en Cour suprême pourrait faire la différence entre la vie et la mort.
 
«La première chose qui va arriver, c’est que les gens vont mourir, a-t-il lancé, lundi. Les toxicomanes vont continuer à consommer, que Insite soit là ou pas. Ils le feront dans les ruelles ou dans des chambres d’hôtel.»
 
Russ Maynard, coordonnateur chez Insite, a toutefois mentionné que l’ouverture d’un deuxième centre est envisageable si le gouvernement Harper essuie un revers. 

Source
Direct link to this page