Quel est le groupe sanguin le plus rare ?

Si les groupes sanguins sont différents, il en est de même pour leurs proportions. Tous les groupes ne sont pas aussi denses en porteurs, certains le sont bien plus que d’autres. Il y en a même que l’on peut qualifier de rares, tellement il est difficile de les trouver.

Comprendre la différence entre les groupes sanguins

En tenant compte des gènes, il existe quatre groupes sanguins de base. Il s’agit des groupes A, B, AB et O. Mais il faut dire qu’il existe un autre gène, récessif ou dominant selon les cas, qui permet de différencier les groupes sanguins en huit groupes au total.

Il s’agit du gène D grâce auquel, un groupe sanguin sera marqué « + » si le gène est dominant et « – » s’il est récessif. Il est ici question du rhésus. Ainsi, avec le rhésus, on a les groupes suivants : A+, B+, A-, B-, AB+, AB-, O+ et O-.

Cette démarcation par les lettres n’est pas anodine, car elle cache une réalité plus ou moins complexe. En effet, les personnes qui sont du groupe sanguin A ont des antigènes de types A dans le sang. A cela, il faut ajouter des anticorps contre les gènes de type B dans leur plasma. La réalité inverse est vérifiée avec ceux qui sont du groupe sanguin de type B. Ceux-ci ont des anticorps anti-A dans le plasma.

Pour ce qui concerne les personnes qui appartiennent au groupe O, leurs corps contiennent des anticorps anti-A et anti-B, mais ne possèdent pas d’antigène.

Les personnes du groupe AB, quant à eux, ne disposent pas d’anticorps, mais possède des antigènes A et B. On peut dès lors se demander à quoi servent toutes ces différences.

A quoi servent ces différences ?

Connaître son groupe sanguin est avant tout une question vitale parce que, pour qui a besoin d’une transfusion sanguine, cela évitera de commettre des erreurs fatales. Comme expliqué plus haut, il existe parfois des incompatibilités entre certains groupes sanguins.

Par exemple, un individu qui est de groupe sanguin A, ne peut donner son sang à un autre qui est du groupe B, pour la simple raison que ce dernier possède des anticorps anti-A, qui détruiront les gènes A contenus dans le sang du donneur.

En d’autres termes, c’est une opération à la fois inutile et risquée, puisqu’elle peut engendrer de graves complications.

Mais cette réalité n’est pas tout à fait la même quand il est question des groupes sanguins O. Ceux qui sont de ce groupe sanguin ne possèdent pas les anticorps anti-A et anti-B. Par conséquent, leurs sangs est compatible avec les autres groupes.

Si le groupe sanguin O- est qualifié de donneur universel, c’est parce qu’en plus de ne pas avoir des anticorps, son gène D (le rhésus) est récessif. A l’opposé, le groupe O+ est celui des receveurs universels. Il en est de même du groupe AB+.

Quel est le plus rare des groupes sanguins ?

Beaucoup de personnes pensent à tort que le groupe O- est le plus rare des groupes sanguins, mais il n’est rien. Les groupes sanguins que l’on rencontre les plus sont A+ et O+. Leurs proportions avoisinent respectivement 34 et 36 % de la population mondiale.

Arrive ensuite les groupes B+ pour à peu près 8 %, O- avec 7 % et A- pour 6 %. Arrivent pour fermer la marche les groupe AB+ avec 3 %, B- pour 2% et en dernière position, le plus rare de tous les groupes sanguins, le groupe AB-, avec seulement 1 % de la population terrestre.