---


 %FLECHE%
02 décembre 2013

Willy Demeyer, sénateur-bourgmestre de Liège, veut légaliser les salles de consommation de drogue

Willy Demeyer, sénateur-bourgmestre de Liège, vient de déposer deux propositions de loi visant à parfaire la prise en charge des usagers de drogues. La première concerne la légalisation des salles de consommation et la seconde celle du traitement assisté par diacétylmorphine. Mardi, l'évaluation scientifique du projet-pilote TADAM sera officiellement présentée, près d'un an après la fin de cette expérience de centre de délivrance contrôlée d'héroïne pharmaceutique (la diacétylmorphine) qui avait débuté à Liège en 2011.

Le sénateur-bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, profite de l'occasion pour déposer au Sénat deux propositions de loi. La première, suite à l'expérience TADAM, vise à faire de la diacétylmorphine un traitement légal pour les patients toxicomanes résistants aux traitements existants comme la méthadone.

La seconde demande, "dans une optique de santé publique", de reconnaître légalement les salles d'injection supervisées qui permettraient aux usagers de drogues de consommer leurs produits dans de bonnes conditions de sécurité et d'hygiène sous la supervision d'un personnel qualifié.

La création de salles de "shoot" à Liège avait été évoquée pour la première fois fin des années 1990, puis laissée entre parenthèses durant la réalisation de l'expérience TADAM. L'idée avait été relancée durant la campagne en vue des élections communales de 2012. Mais la Ville ne peut lancer ce projet sans se heurter au risque d'être poursuivi par le Parquet pour incitation à consommation de drogues.

La proposition de loi de Willy Demeyer vise dès lors à légaliser les salles de consommation, comme c'est le cas dans 7 pays européens et 56 villes. Actuellement, on dénombre 84 salles de "shoot" en Europe.

"J'ai l'appui de tout le PS et l'intérêt de quelques sénateurs", assure le bourgmestre, qui espère que ses propositions de loi seront remises sur la table après les élections de mai 2014. 

Source



Réaction de Catherine Fonck, du partie Centre démocrate humaniste (CdH)

La députée, et médecin de formation, Catherine Fonck (cdH) a estimé lundi soir que la proposition de loi déposée par le sénateur-bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, sur la légalisation des salles de consommation de drogue est un projet "totalement irresponsable, voire criminel" du PS. "Légaliser les salles de 'shoot' serait une grave erreur de santé publique", s'insurge la députée, cheffe de groupe cdH à la Chambre. "La drogue est un véritable cancer de la société. Or le PS laisse entendre que la drogue n'est pas un problème. Mais croire qu'accepter la toxicomanie, que donner les moyens de consommer, va aider les personnes à s'en sortir est un leurre".

Catherine Fonck affirme qu'il fautlutter radicalement contre la drogue, et qu'il faut le faire en respectant trois grands points: renforcer le volet préventif dès le plus jeune âge "en impliquant les parents et les écoles", accompagner individuellement et intensément, sur le plan médico-social, chaque usager de drogues, et enfin lutter contre les trafics de drogue en prônant une tolérance zéro.

"Si on légalise les salles de 'shoot', ce sont les trafiquants de drogue qui vont se frotter les mains", avertit la députée. "Sans compter qu'installer de telles infrastructures pourrait créer de l'insécurité dans les quartiers".

Pour Catherine Fonck, la proposition de M. Demeyer "accentuerait les dépendances alors qu'il faut au contraire aider les gens à sortir de ces dépendances."

Source


Direct link to this page