francebleu.fr, 08 février 2013

Salles de shoot : pourquoi Strasbourg pourrait être retenu ?

La ministre de la Santé a confié à la mission interministérielle de lutte contre les drogues et la toxicomanie une étude de faisabilité. Les experts viendront à Strasbourg en mars. La décision est attendue d'ici juin.

L'Alsace est l'une des régions de France où la toxicomanie est la plus installée. On y a recensé 46 morts par overdoses entre 2006 et 2009. Pas moins de 5.000 Alsaciens bénéficient d'un traitement de substition. Les pharmacies de la région délivrent 200.000 seringues par an. A Strasbourg, l'association Ithaque en a délivré plusieurs milliers l'an dernier.

Danièle Bader-Ledit, directrice d'Ithaque.


Johan, toxicomane depuis seize ans : C'est chez Ithaque que Johan vient se fournir. Pour lui, l'ouverture d'une salle de shoot pourrait mettre fin à sa dépendance.

Un projet depuis dix ans à Strasbourg

Danièle Bader-Ledit, directrice d'Ithaque : Cela fait dix ans que l'association se bat pour l'ouverture d'un tel lieu. Elle a toujours été soutenue par la municipalité. C'est sans doute l'un des atouts de la candidature de Strasbourg.


Alexandre Fletz, adjoint au maire de Strasbourg chargé de la santé.

Source

Direct link to this page